Le lait

Vassìlis Katsikonoùris

 

Traduit par Michel Volkovitch

 

2018 — 144 pages — 12 €
ISBN : 979-10-93103-39-6

 

Athènes aujourd’hui. Une famille d’immigrés venus de Russie, mais d’origine grecque. La mère, veuve avec deux grands fils, n’a qu’un désir : s’intégrer, oublier ses racines russes. Le fils aîné souhaite s’enrichir en magouillant et tourne résolument le dos au passé. Le cadet, malade mental, qui vit encore chez sa mère et a de mauvaises fréquentations, est le seul à chérir ses origines. La mère, les deux fils et la fiancée vont se heurter, se blesser, se déchirer pendant toute la pièce.


Une pièce ancrée dans la réalité, mais qui tout naturellement accède à la dimension supérieure. Des personnages étonnants de présence, dépeints sans manichéisme, limités chacun à sa façon, repliés chacun dans sa névrose mais se battant pour vivre. Au cœur de la pièce, le fils psychotique, imprévisible, menaçant à tout moment la tranquillité de ses proches et du spectateur, à la fois destructeur et sans défense, provoquant l’exaspération et la pitié, saisissant, inoubliable.


Le lait est une pièce rude, mais c’est tout de même l’amour qui l’emporte, qui déborde un peu partout — un besoin désespéré d’amour.


La pièce a connu un succès immense en Grèce.

Publié avec le soutien du Centre culturel hellénique.